• Il y a un moment

    qui te semble incongru,

    un instant,

    peut-être superflu.

    Quand tu te sens

    rejeté, inconnu.

    Il y a un " môme" an,

    c'est l'an 1 de ta vie,

    le renoncement

    de toutes tes envies.

    L'instant où tu comprends

    que cet instant présent

    est tout, sauf un cadeau

    et que tu têtes, en vain,

    un sein inopportun.

    Et tu vivras toujours,

    assoiffé, éperdu,

    et en manque d'amour.

    Il y a un moment

    où tu oublies d'être vivant....


    votre commentaire
  • Mettre un plâtre sur les cassures,

    un onguent sur les déchirures,

    nimber de miel chaque blessure

    tant que la souffrance perdure,

    diluer toutes salissures

    dans le courant des ondes pures

    pour que ton âme s'aventure

    au-delà de la déraison.

    Le poète fait cela toujours,

    par empathie et par amour,

    sans espoir et sans illusions

    et, en cela, il a raison...

     


    votre commentaire
  • Il y a un soleil,

    fatigué, incertain

    qui s'est, soudain, couché

    à l'aube d'un matin,

    quand les soleils se lèvent

    et éclairent les jours,

    un soleil abîmé

    et dépourvu d'amour.

    ll y a un soleil

    s'éteignant doucement,

    n'offrant plus qu'aux êtres

    ombre et ressentiment.

    Il y a un soleil

    aux rayons vacillants,

    à nul autre pareil,

    lentement s'effaçant.

    Que faire de cet astre

    aux rayons mortifères

    qui transforme en désastre

    nos rêves éphémères?


    votre commentaire
  • Où sont passés ces jours,

    que l'on n'a point vécus,

    tous ces jours sans amour

    et tout ce temps perdu?

    Se sont-ils enkystés

    dans la frange du temps?

    Devons-nous les porter,

    pauvres êtres souffrants?

    Qu'en est-il advenu

    de nos frêles espoirs

    quand nous nous rêvions nus,

    aux portes de l'histoire?

    Cette histoire de nos vies

    aux auteurs ambigus,

    ce roman sans envies

    qui ne se souvient plus

    de notre vie d'avant,

    de cet instant fugace

    où nous fûmes cet enfant

    dont il reste une trace,

    une senteur fragile,

    furtive, évanescente,

    un objet immobile

    en éternelle errance...


    votre commentaire

  • votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires