• votre commentaire
  • Un étrange instant,

    entre passé et avenir.

    La sève, frappée dans son élan,

    chute instantanément.

    Retour à la terre,

    aux sombres hiers,

    fin des espoirs vivifiants,

    place aux morts-vivants

    qui vont, seuls, s'enterrer,

    fuyant le ciel obscur

    que la lumière a déserté.

    Novembre,

    hors de l'espace et du temps,

    comme un renoncement.

    Chaque feuille,

    parée de ses  plus beaux atours,

    se meurt soudain,

    dépourvue d'amour.

    Des squelettes sylvestres,

    déprimés, dévêtus,

    composent avec le vent

    la mélodie glaçante

    du désenchantement.

    Novembre,

    est-ce juste un passage

    ou une fin en soi,

    ce temps des défunts

    est-ce la fin d'un rêve,

    du rêve des vivants

    qui, contraints à se taire,

    faiblissent et se terrent?

    Pourtant, la vie est là,

    plus loin, plus bas,

    et résurgence, résilience,

    dans la brume glacée

    d'un matin de novembre

    danse une fragrance sucrée

    porteuse d'un espoir

    qu'on ne peut ignorer.

     


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Peut-on être,

    être soi, ou pas,

    éternel errant

    parmi les vivants.

    Etre encore un être,

    qui, brisé, abattu,

    rêve d'enfin être,

    loin des temps révolus.

    Peut-on être

    quand un mal être

    nous fige et nous retient

    dans les lises du non-être,

    dont, hélas, on se souvient.

    Comment être vivant,

    loin des enchantements

    qui, de nos cœurs d'enfants,

    ont fait sables mouvants.

    Emouvants instants

    qu'on aime et qu'on rejette.

    Comment être vivant

    dans cet instant présent,

    chérir la main qui tue

    et mourir, éperdu,

    puis renaître en criant:

    Je suis vivant!

    Peur-être.....

    ou pas......


    votre commentaire
  • Comprenne qui pourra....


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires